Accueil > Tous les volumes > L’innéité est-elle la canalisation du développement

« Jeunes chercheurs – Philosophie des sciences – Rennes 2013 »

L’innéité est-elle la canalisation du développement biologique ?

Vol. 8, n°1, p. 1-14

19 avril 2017

Valentine Reynaud

Résumé :

Comment définir l’innéité si tout trait phénotypique est le produit de la rencontre des gènes et de l’environnement ? Ariew propose d’identifier l’innéité à une propriété empiriquement observable : la canalisation du développement biologique. Cet article montre en quoi cette proposition est à la fois attractive et incomplète. La théorie de l’innéité comme canalisation ne semble opératoire que pour certains traits phénotypiques. L’article conclut ainsi que l’innéité n’est pas toujours identifiable empiriquement mais reste un terme théorique adossé à une conception précise du développement.

Abstract :

How can we define innateness if every phenotypic trait is the product of the combination of genes and environment ? Ariew purports to identify innateness to an empirically observable property : the canalisation of biological development. This article shows why this theory is both attractive and incomplete. It establishes that the theory of innateness as canalisation is operative only for some traits. It concludes that innateness is not always directly and empirically identifiable as Ariew argues, but remains a theoretic term dependent upon a precise view of development that explores underlying causal mechanisms.


Fichiers PDF

Valentine Reynaud

IRPHIL


Courrier électronique :  Valentine Reynaud

plume   Pour répondre à cet article, le discuter ou le commenter dans Igitur, nous vous invitons à soumettre un texte de réponse à la revue en suivant la procédure et les indications données aux auteurs.
up