Accueil > Tous les volumes > La résurgence du pion. Individualisme moral, (...)

SOPHA 2009

La résurgence du pion. Individualisme moral, légitime défense et guerre juste

Vol. 1, n° 1, p. 1-21

13 décembre 2009

Nicolas Tavaglione

Résumé : J’examine la thèse pacifiste selon laquelle la permission militaire de tuer ne peut être justifiée par la légitime défense. Deux théories tranchées de la légitime défense, la théorie causale et la théorie morale forte, conduisent, lorsqu’on les applique à la question des homicides militaires, à des conclusions diamétralement opposées. La théorie causale est une solide alliée de la Doctrine classique de la guerre juste (Walzer), tandis que la théorie morale forte est la meilleure amie du pacifisme. Ces deux théories ne sont que les extrémités d’un continuum de possibilités intermédiaires. Je défends néanmoins que la théorie la plus prometteuse de la légitime défense est la théorie morale forte. D’où il suit que, du point de vue de la légitime défense, la position pacifiste est plus solide que la Doctrine classique de la guerre juste. La Doctrine classique n’a d’autre espoir que dans le collectivisme moral.

Abstract : This paper aims at assessing the pacifist claim that the military licence to kill cannot be derived from the right to self-defense. Two clear-cut theories of self-defense, the causal theory and the strong moral theory, fuel two radically opposed conclusions. Indeed, the causal theory supports the classical Just War Doctrine (Walzer), while the strong moral theory supports pacifism. They are two extreme options among a complex set of possible theories of self-defense. I, nonetheless, defend the view that the strong moral theory does remain the most promising one. Whence it follows that, from the point of view of self-defense, pacifism is better established than the classical Just War Doctrine. This Doctrine may only be saved by endorsing rather some form of moral collectivism.


Fichiers PDF

Nicolas Tavaglione

Département de Science politique

Université de Genève


Courrier électronique :  Nicolas Tavaglione

plume   Pour répondre à cet article, le discuter ou le commenter dans Igitur, nous vous invitons à soumettre un texte de réponse à la revue en suivant la procédure et les indications données aux auteurs.
up