Accueil > Tous les volumes > La substituabilité comme propriété des êtres (...)

SOPHA 2009

La substituabilité comme propriété des êtres sociaux, les conditionnels et la prédication

Vol. 2, n° 2, p. 1-13

8 février 2010

Pierre Livet

Résumé : Les interactions sociales mettent en jeu une forme de possible qui exige, quand on part de l’actuel, de pouvoir y revenir : le « virtuel ». Les liens sociaux fondamentaux — l’échange, par exemple — mettent en jeu des virtualités qui doivent pouvoir se substituer l’une à l’autre, formant ainsi des « substituabilités ». On peut les analyser comme deux conditionnels, tels qu’appliquer le conséquent de l’un mène à remplacer l’antécédent du premier par celui du second, qui lui est opposé, et réciproquement. Mettre en action un de ces conditionnels revient donc à intervertir l’ordre entre les mondes possibles qui permet d’évaluer la vérité de l’autre. Cet entrelacement entre conditionnels exige que pour instancier les universels qu’ils impliquent, il faille relier le particulier instancié à l’instanciation de l’universel opposé. Les universaux ne sont ainsi pas séparables des particuliers, mais pas non plus réduits à une série de particuliers. Ils semblent avoir un statut similaire à celui des virtuels.

Abstract : The ontology of social interactions needs a specific kind of possible, the “virtual” : when a virtual departs from actuality it has to come back to it. The fundamental social links — like exchange — are made of virtuals that can be substituted for each other, building the structure of a “substitutability”. They can be analyzed as two conditionals, such that applying the consequent of the first leads to replace its antecedent by the opposite one of the second conditional, and conversely. In such a move, the order between possible worlds that allows us to evaluate the truth value of the conditional is reversed. Such an intertwining of conditionals requires that in order to instantiate their universals, we have to relate the instantiated particular to the instantiation of the opposite universal. Universals are not separable from particulars, but in addition not reducible to a series of particulars. They appear to play a role similar to the one of virtuals.


Fichiers PDF

Pierre Livet

Université de Provence


Courrier électronique :  Pierre Livet

plume   Pour répondre à cet article, le discuter ou le commenter dans Igitur, nous vous invitons à soumettre un texte de réponse à la revue en suivant la procédure et les indications données aux auteurs.
up