Accueil > Tous les volumes > Neurosciences et éthique : que nous apprend le (...)

Neurosciences et éthique : que nous apprend le dilemme du wagon fou ?

Vol. 3, n°3, p. 1-17

6 mai 2011

Bernard Baertschi

Résumé :

L’éthique normative contemporaine est marquée par un débat entre deux positions antagonistes, le déontologisme et l’utilitarisme. Ce débat est resté jusqu’à récemment un débat usant d’arguments, d’objections, de contre-exemples et d’expériences de pensée essentiellement conceptuels. Il y a peu cependant, dans la foulée des progrès de l’imagerie cérébrale, Joshua Greene y a introduit des éléments empiriques : proposant à des sujets différents dilemmes, dont le dilemme du wagon fou (trolley problem), il a examiné comment leur cerveau réagissait. Il en a tiré la conclusion que le déontologisme s’appuyait sur des réponses émotionnelles, alors que l’utilitarisme utilisait des circuits rationnels, ce qui assurait à ce dernier une meilleure pertinence morale. Les raisons déontologistes seraient même des rationalisations a posteriori, voire des confabulations. Malheureusement, si le recours à des données empiriques est un progrès philosophique dans l’examen de ces questions, les conséquences que Greene en tire ne sont à mon sens pas probantes

Abstract :

Contemporary normative ethics is characterized by a debate between two conflicting theories, deontologism and utilitarianism. Until recently, this debate has essentially used arguments, objections and thought-experiments of a conceptual nature. Following the progress in neuroimagery, Joshua Greene has introduced empirical elements in the discussion : submitting several subjects to different dilemmas, in particular the trolley problem, he has examined how their brain were reacting. He concluded that deontologists were drawing on their emotions, whereas utilitarians reacted more rationally, and therefore gave a better answer from a moral point of view. Deontologists reasons are even rationalizations and confabulations, rather than authentic moral reasons. Unfortunately, if Greene is on the right track in introducing empirical data in this debate, his conclusions are not warranted in my opinion.


Fichiers PDF

Bernard Baertschi

Institut d’éthique biomédicale.
Université de Genève.


Courrier électronique :  Bernard Baertschi

plume   Pour répondre à cet article, le discuter ou le commenter dans Igitur, nous vous invitons à soumettre un texte de réponse à la revue en suivant la procédure et les indications données aux auteurs.
up