Accueil > Tous les volumes > Raisons pratiques de croire en esthétique

SOPHA 2009

Raisons pratiques de croire en esthétique

Vol. 2, n° 3, p. 1-22

18 mars 2010

Sébastien Réhault

Résumé : Peut-on résoudre une dispute ontologique de façon satisfaisante en se fondant sur des raisons pratiques ? C’est la question que je me propose d’examiner dans ce texte, en l’appliquant au problème du statut ontologique des propriétés esthétiques. La question de savoir si ces propriétés sont effectivement présentes dans les choses auxquelles elles sont correctement attribuées est importante : en fonction de la réponse qu’on lui apporte, on aura notamment une conception différente de ce en quoi consiste l’expérience esthétique et de ce qui constitue la valeur de l’art. Malheureusement, nous ne pouvons pas nous permettre d’être dogmatiques dans ce domaine : aucun des arguments épistémiques proposés jusqu’à présent n’est parvenu à démontrer la réalité ou l’irréalité des propriétés esthétiques. Dans ce cas, l’évaluation des bénéfices pratiques du réalisme, de l’antiréalisme ou du quasi-réalisme en esthétique constitue-t-elle une façon appropriée de résoudre cette question ? Je défendrai la thèse selon laquelle c’est effectivement le cas et qu’au regard de critères pratiques, le réalisme esthétique constitue la meilleure option disponible.

Abstract : Can we solve an ontological debate in a satisfactory way by appealing to practical reasons ? This is the question this paper aims to examine concerning the ontological status of aesthetic properties. Whether such properties exist in the objects to which they are correctly attributed is an important question : depending on the answer we give to it, we will have a different conception of the nature of aesthetic experience and a different conception of the value of art. Unfortunately we can’t afford to be dogmatic here : none of the epistemic arguments so far defended has succeeded in demonstrating whether aesthetic properties are real. Does the evaluation of the practical benefits associated with realism, antirealism or quasi-realism in aesthetics constitute a proper alternative way to understand the question ? I will argue that this is the fact indeed and that, regarding practical standards, aesthetic realism is the best available option.


Fichiers PDF

Sébastien Réhault

Université de Nancy 2 / LHSP – Archives Poincaré CNRS


Courrier électronique :  Sébastien Réhault

plume   Pour répondre à cet article, le discuter ou le commenter dans Igitur, nous vous invitons à soumettre un texte de réponse à la revue en suivant la procédure et les indications données aux auteurs.
up